top of page

Samprapti: Pourquoi devient-on malade?

Dernière mise à jour : 28 juin 2021


illustration: the development of disease
Samprapti, How Diseases Develop

Si l'allopathie se concentre sur les symptômes, l'Ayurveda se préoccupe des causes.

Chaque fois que nous prenons un anti-acide, de type Gaviscon, nous refusons d'avoir mal bien sur, mais nous refusons aussi d'écouter ce que le corps essaie de nous dire. Passer la serpillère dans une salle de bain alors que le robinet du lavabo reste ouvert, ne régle pas le problème. Prendre une pilule à chaque fois qu'on a un bobo est en fait inconscient: nous savons pourtant bien que les anti-inflammatoires diminuent les globules rouges, affectent le foi et diminuent notre immunité. Mais plus encore, nous perdons tout lien avec le corps, la maladie semble nous "tomber dessus" sans raison et nous nous exclamons: "pourquoi moi?".


En médecine occidentale, une indigestion n'est pas considérée comme le résultat de nos mauvaises habitudes ou de notre style de vie, mais comme un événement aléatoire qui ne requiert pas notre attention. Nous prenons un comprimé et traitons cette petite «maladie» ennuyeuse qui ne met pas la vie en danger.


L'Ayurveda adopte une approche complètement différente: se sentir gonflé, avoir des reflux acides, la diarrhée ou de la constipation trouve sa cause dans vos habitudes alimentaire et dans votre mode de vie... et créera un terrain propice a des complications diverses avec le temps. Lorsque nous comprenons la cause de la «maladie» (stress, choc émotionnel, regime alimentaire, mode vie) nous pouvons maintenant changer et guérir à long terme....


En Ayurveda, les maladies commencent par «l'accumulation» du facteur causal.

Disons que vous avez passé l'été à manger des tomates, que vous adorer le poivre, que vous avez bu des apéros a peu près tous les soir en vacance, des fromages gras, des bananes, et que vous adorez le thé Matcha: tout ceci EN QUANTITÉ et SOUVENT. C'est peut-être la façon dont vous avez toujours mangé, meme si vous buvez moins d'alcool au quotidien, c'est aussi sans doute la nourriture que vous préférez le plus et donc rien d'anormal. Mais souvent maintenant, vous avez très soif, votre urine est foncée et vous avez quelques reflux acides.


Etape 2: Vous continuez avec votre regime alimentaire de toujours. Vous allez a la gym pour un cours de spinning 4 fois par semaine, le travail est stressant. Maintenant les reflux acides sont plus réguliers, vous avez parfois des nausées ou des brûlures au coeur et cette satané soif qui ne semble jamais assouvie. C'est l'étape appelée «provocation» ou «aggravation».


Etape 3: Comme pour un vase: ajoutez trop d'eau et il débordera. Toutes les habitudes mentionnées plus haut sont les apanages de Pitta: le feu. Trop de poivre, trop d'exercise intense, trop de stress au travail, trop d'alcohol et de graisses. Pitta se propage maintenant à d'autres parties du corps qu'il n'habite généralement pas. Vous avez des bouffées de chaleur ou des éruptions cutanées, de l'urticaire ou des sensations de brûlure, votre sueur est acide ou vos yeux piquent et vous avez une tendinite ou une infection urinaire occasionnelle. Le mal s'étend.


Etape 4: Le «mal-aise» trouve maintenant un endroit du corps plus faible, ou se loger et s'installer. Il peut s'agir d'une ancienne blessure au genou ou une faiblesse due à un traumatisme antérieur, à une prédisposition génétique ou à des émotions refoulées. Le dosa Pitta entame maintenant une bataille avec le tissu dans lequel il veut s'installer, affectant sa fonction structurelle. C'est ce que l'on connait sous le nom d'inflammation. Ces pré-symptômes sont visibles pour le praticien ayurvédique, mais pour vous, ils arrivent comme un cheveu sur la soupe.


Aux stades 5 et 6, la maladie est manifeste et ses symptômes évidents. Un excès de feu sera responsable d'un large éventail de maladies telles que l'ulcères, les abcès, les hémorroïdes, la maladie de Crohn, l'hépatite, la polyarthrite rhumathoïde entre autres...


L'évolution de la maladie se produit lorsque nous avons perdu le contact avec ce qui est ou n'est pas bon pour notre constitution unique. Les aliments cités en exemple sont tous bons et bénéfiques lorsqu'ils sont consommés dans les bonnes proportions et au bon moment. Camoufler nos petits mal-êtres avec un médicament est un excellent moyen d'éviter le problème et de mal comprendre ce qui nous nuit ou nous guérit. En connaissant votre constitution, vous pouvez identifier la nourriture et le mode de vie qui vous sont bénéfiques et conviennent à votre nature unique. C'est ce qui vous permettra de rester en bonne santé ou de mettre fin à la progression de la maladie.



"Avec la conscience vient la guérison"







Kommentare


bottom of page